Dalail al-Khayrat

Dalail al-Khayrat

Bismillah ar-rahman ir- rahîm   avant-propos   Parmi les innombrables significations de la prière sur le Prophète élu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, il en est une, celle de l’élan amoureux de l’être humain vers son Prophète. En plus d’être une supplication, cette prière est en réalité un pneuma qui élève l’invoquant vers son invoqué. Si la réalité historique du Prophète, paix sur Lui, se limite à la condition prophétique d’une trajectoire humaine sur cette terre, avec, évidemment, toute la splendeur de la chose, la réalité Mohammadienne, quant à elle, relève d’une métahistoire. Autrement dit, d’une histoire au-delà de l’histoire. Cette autre histoire, par-delà le temps et l’espace, renferme le récit de cette réalité. Lorsque l’imam Al-Jazouli, auteur du Dalil, nous invite à égrener le nom du Prophète, paix sur Lui, autant de fois qu’il y a d’arbres sur cette terre, de nuages dans les cieux, de vagues dans les mers, d’écumes dans les vagues, d’étoiles dans le firmament, il oriente notre attention vers la réalité Mohammadienne qui n’est autre que le récit de cette métahistoire. Or, ce récit ne se trouve dans aucun livre, sinon dans la conscience épurée de l’invoquant en quête d’exploration des « voies d’accès aux bienfaits de l’être ». Dans ce sens, le Dalil devient un outil vertigineux du périple de la conscience humaine vers les voies multiples de la réalité Mohammadienne. Inaugurées pour nous, lors de son passage sur terre, les ascensions prophétiques, inscrites désormais dans le récit de la métahistoire, sont aujourd’hui un patrimoine vivant, non seulement pour la communauté musulmane mais aussi pour toute l’humanité. Lorsqu’il est question, et c’est le cas depuis déjà fort longtemps, de désenchantement du monde, la redécouverte du récit de la métahistoire pourrait être certainement une guérison pour les âmes en mal de vivre. Toutefois, quelques conditions s’imposent quant à la redécouverte de cette réalité dans l’être : une pincée d’humilité, une cuillérée d’assiduité dans la psalmodie et une grosse poignée d’amour pour le Prophète élu, paix sur lui, pour les prophètes de l’humanité et pour tous les gens de Dieu.   La traduction de cette œuvre, particulièrement à cette époque, est fondamentale et ce, non pas uniquement à cause du trésor que constitue le récit de la métahistoire mais surtout à cause de la condition spirituelle de l’humanité de ce XXIème siècle, plongée dans les abysses de la matérialité. C’est la raison pour laquelle je voudrais féliciter les traducteurs de cette œuvre, leur effort et la qualité de leur travail. Je voudrais aussi rappeler que le Maroc, berceau du Dalil, est une terre de grande inspiration intellectuelle, protégée, à travers les siècles, par la vigilance de ses savants, la guidance de ses gens de Dieu et la clairvoyance de ses sultans. Permettez-moi, avant de vous quitter, de puiser dans le Dalil, océan sans rivage, un élan de prière :   « Ô Allah, assiste, par ta grâce, notre sultan. Fais périr la mécréance de nos ennemis. Mets-nous à l’abri dans notre pays. Fais administrer nos affaires par le meilleur d’entre nous; ne fais pas administrer nos affaires par le plus pervers d’entre nous. » Ahmed Abbadi, SG de la Rabita Mohammadia des Oulémas Traduit et annoté par l’institut Soufi de Montréal – ISM Éditeur Centre Imam Al Junayd...

lire

Universalité de l’islam

Universalité de l’islam

EVA DE VITRAY-MEYEROVITCH Universalité de l’islam Collection poche « Espaces libres ». En librairie le 5 juin 2014 LE LIVRE Figure majeure de l’introduction du soufisme en France, Eva de Vitray-Meyerovitch fut directrice du département des sciences humaines au C.N.R.S. et enseigna à l’université Al-Azhar du Caire. À travers son oeuvre et son chemin de vie, elle incarna parfaitement cet islam universel et tolérant que prônent, entre autres, des mystiques comme Rûmî. Si elle est connue avant tout comme traductrice, notamment du grand maître persan, elle fut aussi une savante aguerrie, comme en témoignent ses nombreux articles. Ces derniers, publiés dans des revues, étaient jusqu’à aujourd’hui peu accessibles. Jean-Louis Girotto, spécialiste de son œuvre, en a réuni ici onze parmi les plus importants. Écrits sur plus de trente ans, évoquant l’« Approche symbolique du Coran », « Le chemin des contes soufis » ou encore « La soif du pur amour », ils témoignent de la richesse et de la cohérence de son cheminement intellectuel et spirituel. L’AUTEUR Eva de Vitray-Meyerovitch (1909-1999) est celle qui a fait connaître le soufisme en Occident, notamment à travers ses études et traductions du grand maître persan Rûmî. Adepte de la confrérie al-Qadiriya al-Butchichiya, elle a notamment publié chez Albin Michel Anthologie du soufisme, Le Livre du dedans, La Prière en islam et Islam, l’autre visage....

lire

Le souvenir de l’être profond

Le souvenir de l’être profond

FAOUZI SKALI Le souvenir de l’Être profond : Propos sur l’enseignement du maître soufi Sidi Hamza.   Voici une passionnante plongée au cœur d’une confrérie soufie contemporaine, où pour la première fois Faouzi Skali parle du rapport avec son maître Sidi Hamza, au Maroc. En effet, si dans Le Face à face des cœurs , précédemment paru au Relié, ou dans La Voie soufie, chez Albin Michel, l’auteur avait exposé les fondements du soufisme, il précise ici certains aspects étroitement liés à l’expérience de cette voie dans le contexte particulier de la société contemporaine. Il montre ainsi combien le soufisme constitue une tradition vivante, qui propose un enseignement spirituel ancré dans la vie quotidienne. Cet enseignement ne repose pas sur la connaissance préalable de la langue arabe, mais s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui sont en quête du sens profond de leur existence. Il agit directement sur le cœur spirituel du lecteur qui est amené progressivement à affiner sa perception d’une présence intérieure, subtile et profondément transformatrice. Un livre qui démontre que l’Islam véhicule un véritable message de paix et d’amour s’il est vécu dans sa dimension mystique. L’ONU a désigné Faouzi Skali parmi les personnalités mondiales ayant contribué d’une façon significative au dialogue entre les civilisations. Il est le concepteur de grands événements populaires ayant une ambition artistique et culturelle internationale : le Festival des Musiques sacrées, le colloque Une âme pour la mondialisation et le Festival de la Culture soufie de Fès. Éditions du Relié, Paris, 2012....

lire

Le renouveau du soufisme

Le renouveau du soufisme

KARIM BEN DRISS Sidi Hamza al-Qadiri Boudchich, le renouveau du soufisme au Maroc, Paris, Éditions Archè-albouraq, 2002.   Mystique de l’amour, science du bel agir, expérience du retour vers l’Essence originelle, le soufisme demeure source d’inspiration pour l’Homme contemporain, dont on perçoit les échos à travers l’enseignement de Sidi Hamza, Maître spirituel de la confrérie al-Qâdiriyya al-Boudchichiyya. C’est l’essentiel de cet enseignement, et quelques parfums de cette expérience, que l’auteur nous invite à partager. Mais il nous apporte bien plus. Exposé magistral sur l’évolution historique et doctrinale de l’Islam et du soufisme sunnite en particulier, plongeon dans les sphères de la connaissance de Dieu, ce livre nous offre une somme spirituelle qui se déploie sous la force prenante d’une écriture à la fois de rigueur, de simplicité et de poésie subtile d’où s’exhale, à fleur de mots, ”la générosité de cette Main si évidente et pourtant invisible” qui l’a...

lire
RETOUR